Music Freedom Day

 

Peu de gens le savent je pense mais aujourd’hui c’est
la journée mondiale de lutte contre la censure de la musique. Jusqu’à la semaine dernière, je n’avais aucune idée de l’existence d’une telle journée mais aujourd’hui j’ai pu assisté à une conférence à la fac durant laquelle certains de mes camarades de classe sont intervenus, et notamment N!kk! qui nous a parlé de la censure dans son pays, la Chine. Il y a quelques jours, je regardais un extrait de la cérémonie des Césars et, comme à Cannes, le fauteuil vide de Jafar Panahi était présent. Dommage que ce ne soit qu’à l’occasion de ces grands-messes du cinéma que la situation des artistes en Iran et ailleurs dans le monde est mise en lumière, mais ce qui est encore plus dommage c’est qu’on ne parle quasiment jamais de la censure au niveau de la musique.
La « Musique Freedom Day » en est seulement à sa 5ème édition, cette année, c’est une vingtaine de pays qui y participe à travers des conférences comme à Liverpool, ou des concerts, des émissions de radio spéciales etc.. La conférence d’aujourd’hui a servi a rappelé que la censure subie par les musiciens mais aussi les auditeurs qui n’ont pas accès à certaines musiques n’est pas un phénomène nouveau, loin de là. D’Handel à la pop coréenne d’aujourd’hui, d’Oasis à la scène underground iranienne, la musique est loin d’être un droit dont on peut tous bénéficier. Passant de l’URSS aux événements récents en Egypte, en Tunisie et en Iran, les intervenants ont montré que la musique est un formidable instrument de lutte pour la liberté.. et est par conséquent traité comme un élément extrêmement dangereux par certains gouvernements..Et puis aussi, là encore, la question de la liberté d’expression se pose surtout lorsque des artistes comme Beenie Man tiennent des propos ouvertement homophobes.
Juste avant le début de la conférence, N!kk! m’expliquait que pas plus tard qu’hier, un de nos profs l’encourageait à être très prudente quant aux propos qu’elle allait tenir aujourd’hui sur le gouvernement chinois.   Je me suis toujours sentie un peu inutilede ne pas agir, ne pas m’engager par manque de courage, par confort dans mon petit monde occidental. Mais lorsque N!kk! m’a parlé de cette conversation avec notre prof, je me suis rendue compte que dans cette petite salle de la fac de Liverpool, une vingtaine de personne prenait conscience de toutes ces voix que certains ne veulent pas que le monde entende. S’informer, c’est déjà un bon début. Plus j’avance dans ce master, plus je me rends compte qu’étudier la musique, ça n’a vraiment, profondément rien de superficiel.
POUR PLUS D’INFORMATIONS:
Le site de Freemuse à l’origine de cette journée mondiale: http://www.freemuse.org/sw305.asp
Le site de The Impossible Music Sessions. Certains groupes comme en Iran ne peuvent pas enregistrer, jouer en live, se rendre à des festivals à l’étranger comme ce groupe Plastic Wave pour le seul motif que c’est une fille qui est au micro. The Impossible Music Sessions offre la possibilité à ces artistes de se faire entendre, comme ce groupe californien qui a collaboré avec Plastic Wave en jouant en live les morceaux de ces derniers:  http://www.impossiblemusic.org/index.html
Quelques artistes entendus aujourd’hui à la conférence
(Iran) Plastic Wave: http://theplasticwave.com/
(Chine) Carsick Cars: http://www.myspace.com/carsickcars
Sans oublier sur une note plus légère Super Junior, censuré par le gouvernement chinois pour avoir mal rempli les documents administratifs pour obtenir la licence nécessaire pour commercialiser leur musique!
Publicités

Je vous passe la parole...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s