Women (musicians) day

8 femmes pour un 8 mars, liste (non exhausitve obviously) de quelques femmes qui me font battre le coeur un peu plus fort (je ne parlerai pas des soeurs/nièce/(grand)mère qui me font battre le coeur tout court, ce n’est pas le sujet de ce blog). Article pas féministe, juste une excuse pour rappeler que musique est un nom au féminin.

Autrement, c’est aussi le Pancake’s day aujourd’hui, la vie est bien foutue quand même. Je choisis de ne pas râler sur l’aspect misogyne ou commercial de la coïncidence parce que c’est quand même drôlement bon aussi les pancakes.

Ane Brun: bon inutile de dire que je voue un culte à Melle Brun depuis le jour où je l’ai découverte (MERCI Rolling Stone magazine).

Lisa Hannigan:  ce que j’ai toujours préféré dans la musique de Damien Rice, c’est Lisa Hannigan. Alors depuis qu’elle est partie, je ne suis plus aussi fan de monsieur. Là, elle enregistre son second album et franchement, j’en peux plus d’attendre. Besoin urgent d’avoir ma dose de mélodies douces-amères…

Sinéad O’Connor: deux Irlandaises dans cette sélection, que dire.. Sinéad, sublime bout de femme, teigneuse, en colère. Punaise, on veut toutes l’adresse de son coiffeur. J’avais entendu parler de son passage au Saturday Night Live, la photo du Pape et de la controverse qui avait suivi. Franchement, quand j’ai écouté cette version du War de Bob Marley (et quand on sait surtout qu’elle avait raison), je me suis franchement dit que l’histoire ne retient vraiment que ce qui n’est pas important parfois..

Billie Holiday: Summertime, attention classique. Faut toujours faire gaffe quand on s’attaque à une chanson de cette envergure alors je ne prends pas de risque en mettant la version de Lady Day. J’aurais pu choisir aussi Ella Fitzgerald, mais Billie, on la sent beaucoup moins douce mais aussi plus fragile parce qu’elle, elle en a vraiment bavé et qu’il n’y a pas besoin d’aller chercher loin pour le savoir, il n’y a qu’à tendre l’oreille.

Tanita Tikaram: comme quoi les années 90s au niveau des filles, ce n’était pas que Gala et les Spice Girls ..

PJ Harvey: Choderlos de Laclos et tous les fadas de l’échange épistolaire (dont je fais partie) lui disent merci!

Luz Casal: et la Lumière fut. Quand j’écoute Luz, je pense bien évidemment à Pedro A. et à ses femmes en chair, en os, et en poils 🙂

et pour finir… Diamanda Galas:  Diamanda est comme on dit, one of a kind. Pour un cours, on devait écouter un de ses morceaux,  Diamanda a du talent dixit mes professeurs. Tellement qu’elle peut faire ce qu’elle veut avec sa voix, y compris la faire sonner comme venant d’outre-tombe, la faire aller dans des contrées que les professeurs de chant vous décriront comme inaccessibles. Diamanda est donc une déesse du chant. Sauf qu’à l’écouter, on sent qu’elle est plus intéressée par le diable.

Crédit photo : ici

Publicités

Je vous passe la parole...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s