French it up

Rien de révolutionnaire à dire que je ne me suis jamais sentie aussi française qu’à l’étranger. Attention, cette phrase ne se veut pas nationaliste, il s’agit d’un simple constat car à cotoyer des gens venant de tous les pays, à devoir vivre une culture différente au quotidien, on est forcement amener à avoir recours à des repères consensuels pour s’y retrouver, et le pays d’origine est l’un des premiers que l’on invoque. Et même si je ne le fais pas de moi-même, je vous garantis que les gens autour de moi se chargent de le faire. En cours par exemple, je me suis trouvée plusieurs fois dans la position très incomfortable d’être la personne vers qui l’on se tourne dès que la question touche de près ou de loin à la France. C’est d’ailleurs assez naturel qu’on attende de moi une culture générale sur la France plus fournie que mes camarades chinois par exemple, mais quand même, ce jour-là, lorsque le prof m’a demandé de faire le lien entre Jacques Brel (qui est belge mais pour mon prof, c’était du pareil au même) et les Arctic Monkeys, je me suis trouvée un peu comme Joe Pesci recevant son Oscar, totalement speechless (oui la comparaison est tirée par les cheveux mais c’est de loin mon discours préféré de remerciements!) .
Roland Barthes. Fumer tue.
Enfin, je ne vais pas cracher dans la soupe, parce que quelquefois ça m’arrange. Mine de rien, la France bénéficie d’une bonne réputation, surtout si on reste dans le domaine de l’art et de la culture,( ne surtout, SURTOUT pas parler de politique on est bien d’accord!) Evidemment, le danger du chauvinisme est encore plus présent en dehors des frontières françaises, aussi lorsque j’entends à longueur de journée parler du génie des Truffaut, Gainsbourg et autre Foucault et Barthes, j’ai envie de dire, oui bon, et si on parlait je sais pas moi… tiens, si on parlait de la colonisation par exemple?!.
C’est idiot, par esprit de contradiction et par auto-flagellation, dès qu’on fait trop l’éloge de mon pays, j’ai envie de nuancer le propos. Evidemment, je n’entends pas que des choses positives sur la France, mais sachant que les gens autour de moi parlent plus de musique, littérature et cinéma que d’histoire et de politique, le propos est forcément tronqué. Et même à mon niveau, je me rends compte que parfois je succombe et me vautre dans ce sentiment de fierté nationale. La preuve, dans « C’est ça la France » de Marc Lavoine que j’aime (la chanson, pas le mec hein!), c’est bizarre, point de Senghor, de Césaire par exemple et pourtant je l’ai postée comme symbolisant la culture francaise…
Bref tout ce bla bla bien lourd pour dire Thank God for the music!
Même si les problématiques qui sont traitées dans mes cours sont souvent illustrées par des musiques anglo-saxonnes, je me surprends à appliquer ces questions à ce qui m’est plus proche culturellement, à savoir la musique française. Ce qui est plutôt cool, c’est que ces derniers temps, je suis plus dans une phase rap-hip hop que Gainsbourg-Brassens, autrement dit les artistes canonisés.
Bref, je ne vais pas refaire mon cours ici, mais cette playlist là, c’est une sorte de complément à la video de Marc Lavoine. Petite sélection des chansons qui tournent non-stop dans ma tête ces jours-ci (non exhaustive donc, ma tête n’est pas si grosse que ça!) , parce que la France, c’est aussi ça.

 

Publicités

Je vous passe la parole...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s