Roger Waters The Wall Live

Retour d’un week-end express à Manchester pour assister au concert de Roger Waters. Je n’étais pas fan des Pink Floyd mais j’avoue que le concert m’a réconciliée avec leur musique. J’avais commencé ma conversion en début d’année, lorsque j’avais consacré un de mes devoirs à Syd Barrett mais là, je dois dire que je m’incline devant la force des arguments. The Wall Live est une expérience autant auditive que visuelle. Pour avoir vu pas mal de concerts jusqu’ici, c’est de loin celui qui m’a le plus impressionnée niveau mise en scène. Un mur, un projecteur, ça a l’air simple comme ça et ça l’est et c’est pour ça que ça marche si bien: les possibilités d’exploiter ce mur sont quasi infinies. Du coup, pour ceux qui ont besoin d’un peu d’aide pour apprivoiser la musique de Pink Floyd, ce qui est mon cas, les effets visuels aident énooormément. Et puis surtout ça aide à ne pas s’endormir, surtout quand la journée a commencé trèès tôt direction l’aéroport John Lennon pour accueillir LE fan des Pink Floyd venu spécialement d’Italie. Puis, navette pour Manchester, après-midi sieste récupératrice et arrivée à la MEN Arena un peu avant 8pm. Dans le public, aucun ado d’évidence, et à peu près tout le monde a déjà son tee-shirt à l’éfigie de Pink Floyd, histoire de rappeler que mine de rien, moi qui m’extasiais sur les visuels de The Strokes, c’est vraiment riiien à côté de ce qu’ont produit les p’tits anglais.

Niveau ambiance, y’a pas à dire, on sent vraiment qu’on est en présence d’une légende, j’ai eu des frissons tout au long du concert,  pour les incontournables titres (« Comfortably Numb », « Another brick in the wall ») mais aussi pour des morceaux que je connaissais un peu mais qui en live ont pris une tout autre dimension.. avec orgasme auditif à la clé. Mention spéciale à « Is there Anybody out there  » qui m’a collée des frissons déments. Et puis à la fin, quand le mur s’est écroulé, j’étais au bord de l’hystérie alors qu’il y a un an, Pink Floyd pour moi c’était les mecs qui faisaient des morceaux inécoutables de 20 minutes et puis The Wall c’était surtout ce film hypra bizarre que j’ai regardé à moitié cachée derrière un coussin tellement c’était flippant. Là bizarrement, rien de tout ça, les effets sont hyper léchés et puis savoir que l’on est en présence du mec assez mégalo pour produire un album comme The Wall, ça cloue le bec.


Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions sur “Roger Waters The Wall Live

  1. Monsieur Poireau dit :

    Je suis tombé dans cette musique quand j’avais quinze ans et avec quelques décennies de plus, ça ne m’a pas quitté ! Je suis ravi de voir que ça se perpétue.
    Je vais à Anvers vendredi voir The Wall. Après toutes ces années, ce sera mon premier concert de Roger Waters, j’ai du mal à y croire ! :-))

    J'aime

Je vous passe la parole...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s