Live report: l’Hypnotic Brass Ensemble à l’Oran Mor de Glasgow

Il y a quelques semaines je suis allée voir le Hypnotic Brass Ensemble qui dans le cadre de leur « Bad Boys of Jazz Tour » s’est arrêté à l’Oran Mor, une ancienne église dans le West End de Glasgow et reconvertie en pub/théâtre/salle de concert/brasserie/club. J’ai passé l’avant-concert au pub au rez-de-chaussée. Il faut y aller vraiment en plein jour parce qu’il n’y a pas beaucoup de monde et donc on peut vraiment apprécier l’architecture du lieu.

102_5519

Le bar est au centre et tout autour, vous avez pleins de petits espaces aménagés de telle sorte que vous conservez un peu d’intimité tout en profitant de l’ambiance pub. Et puis fait assez rare qui mérite d’être souligné, il n’y a pas de musique, juste le brouhaha et l’accent chantant des locaux. Croyez-moi, cela fait aussi du bien de pouvoir s’entendre quand au va au pub avec des amis..

Ensuite direction le sous-sol où se situe The Venue, la salle de concert intimiste avec sa capacité d’accueil de 500 personnes.

102_5520

Originaire de Chicago, le Hypnotic Brass Ensemble est, comme son nom l’indique, un orchestre de cuivres. Le groupe est constitué entre autres de 8 frères, tous fils du trompettiste Phil Cohran, une référence dans le monde de jazz (donc qui m’était absolument inconnu 🙂 ). Un orchestre de cuivres dans une si petite salle de concert? Mais ne risque-je pas d’avoir mes tympans explosés?   A vrai dire, j’avais un peu d’appréhension pour ce concert, rapport aux décibels et surtout parce que le timbre des instruments à cuivre (trompettes, trombone et baryton) n’est pas celui que je préfère. Mais au final, ce concert a été une expérience inouïe (ah.ah).

J’avais entendu parler du HBE grâce à leur participation aux différents projets de Damon Albarn (notamment Gorillaz, Africa Express, Rocket Juice and the Moon). Le genre de musique que le HBE produit? Un mélange de jazz, de funk, de hip-hop, de soul, de reggae, d’Afro-Beat, de rythmes caribéens… Bref, un melting-pot parfait de styles musicaux pour se bouger les fesses.

Pas de première partie ce soir; à la place, on a droit à la projection du documentaire « Brothers Hypnotic » qui retrace 5 ans dans la carrière du groupe. Dans la vidéo, on aperçoit Damon Albarn, Tony Allen, Prince, MosDef.. et du côté de la famille, Phil Cohran, leus différentes mères et les autres frères et soeurs (je n’ai toujours pas compris combien ils sont au total, entre 22 et 27!). Sans rentrer dans les détails, c’est un très chouette documentaire pour qui s’intéresse à l’industrie du disque. On est très loin du cliché les artistes indépendants d’un côté et de l’autre les majors diabolisées. C’est beaucoup plus subtil que ça et ça fait du bien d’avoir un aperçu nuancé du fonctionnement du business de la musique. 

Mais je m’égare… Quand on voit le HBE en live, ce qui transparaît avant tout c’est leur volonté de nous faire passer un chouette moment. Dès leur arrivée sur scène, ils nous annoncent la couleur: le HBE, c’est une affaire de famille et puisqu’ils sont là pour se donner  corps et âme, ils n’en attendent pas moins en retour.

102_5521

Début de concert avec le sosie de Kanye West au trombone!

A mesure que le concert avance, la température monte tandis que les T-shirts tombent pour le plus grand plaisir du premier rang. Ils me font quand même rire ces Américains à balancer des « We love ya » à tout-va, à demander l’air de rien entre chaque chanson de les suivre sur les réseaux sociaux ou d’acheter leur album, à se déhancher avec leur jeans qui leur arrivent au-dessous des fesses, leurs lunettes de soleil, leurs gros diamants aux oreilles et leurs tatouages plus que douteux (oui oui, pas de doute, c’est bien un doigt d’honneur que je vois tatoué là sur les abdos irréprochables de l’un d’entre eux).

102_5528

It’s getting hot in here… Mais Kanye West au trombone, lui, reste concentré.

Je rigole mais n’empêche qu’ils ont un sens du contact avec le public que j’ai vu très rarement et un enthousiasme communicatif. Ils sautent, dansent, nous invitent à en faire autant.. bref ils mettent une ambiance de folie. Ah et aussi en passant, ce sont d’excellents musiciens. Parmi les morceaux joués, il y a bien sûr l’instrumental  « War » qui a figuré sur la B.O. de The Hunger Games. Moi qui avais peur d’un concert monotone (après-coup je me dis que j’étais vraiment mais alors très loin du compte), l’HBE a su proposer un set à l’équilibre travaillé,  jouant de toutes leurs influences pour qu’on ne s’ennuie jamais et qu’on ait envie de danser toujours. A la fin du concert, toute la petite salle est en sueur et scande « WE WANT MORE ».

102_5529

Le HBE s’exécute et avant de se lancer dans un rappel, il pose une seule condition: qu’on leur donne encore plus d’énergie. Et quel meilleur moyen pour cela que d’aller directement au contact? C’est comme ça que lorsqu’ils demandent qui veut les rejoindre sur scène, je me porte volontaire… pour filer directement me cacher à l’arrière de la scène parce que je suis timide et qu’on ne se refait pas. Mais quelle expérience de se retrouver littéralement encerclée de musiciens en pleine action et être submergée par toute cette énergie!

102_5533

La vue depuis la scène (et toujours Kanye West au trombone!) Une photo toute pourrie mais au moins, l’anonymat du public est conservé 😉

Le HBE est un groupe généreux avec son public; une générosité qui se traduit aussi hors scène puisqu’ils resteront longtemps après le concert à discuter avec les gens, signer les autographes, prendre les photos… Je ne sais pas où ils ont puisé la force de satisfaire tout le monde, sachant qu’ils avaient passé les deux heures précédentes à souffler dans leur instruments, à sauter, à rapper.

Voici un aperçu de leur musique en live, enregistrée non pas à l’Oran Mor mais au King Tut’s, il y a quelques années.

 « Balicky Bone » qui commence doucement avec son feeling un peu jazzy avant de prendre doucement de l’ampleur pour se muer en hip-hop qui claque.

Et puis un de mes morceaux préférés en live, le très festif  « Gypsy », ambiance gypsy ou carnaval caribéen et qui montre comment les membres du HBE savent faire participer le public et désinhiber les plus timides.

 

Quand je ressors d’un concert avec l’impression d’avoir fait 4 séances de body attack, en général c’est le signe que c’était bien. J’ai écouté les albums du HBE mais ils n’arrivent pas à la cheville de  leurs performances scéniques. Un groupe à voir en live, définitivement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Je vous passe la parole...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s